Pourquoi le bio n'est-il pas la norme ?

Actualités Nos fournisseurs belges Recettes La saison bio

Notre mode de production, de transformation et de transport des aliments est tellement dépendant de l'énergie fossile qu'il n'a pas d'autre choix que de provoquer le réchauffement climatique. Tout le carbone des combustibles fossiles est converti en chaleur et en CO. L'équilibre entre le rayonnement solaire et l'émission vers l'espace est perturbé par la couverture de CO qui recouvre de plus en plus la terre. La fonte de la glace blanche réfléchissante, la fonte du permafrost libérant le CO emprisonné, le réchauffement des océans ayant le même effet, les forêts brûlant sous l'effet de la chaleur. Nous entrons dans un processus cumulatif dont la fin n'est pas en vue. Peut-être que nos petits-enfants s'indigneront de ce gaspillage débridé, du moins tant qu'il durera.

Nitrates sous forme d'engrais

Le meilleur exemple est notre production mondiale de nitrates sous forme d'engrais. Le procédé Haber-Bosch de 1909 est toujours utilisé dans le monde entier pour éliminer 100 milliards de kg d'azote de l'air chaque année. L'air contient 78 % d'azote N et 21 % d'oxygène O. On élimine d'abord l'O de l'air en le soufflant sur des charbons ardents à coke, ce qui fait réagir l'oxygène avec le carbone des charbons pour former le monoxyde de carbone toxique CO. L'eau ajoutée réagit à son tour avec le CO pour former de l'hydrogène gazeux H et du CO. Les autres gaz N et H sont ensuite chauffés à 500 C sous haute pression avec du gaz naturel, ce qui entraîne la combinaison de l'azote gazeux et de l'hydrogène gazeux pour former de l'ammonium, le produit de base pour produire davantage de nitrate d'ammonium.

L'explosion du nitrate d'ammonium à Beyrouth l'année dernière, audible jusqu'à Chypre, prouve qu'il y a une énorme quantité d'énergie (fossile) dans le nitrate d'ammonium. C'est fou de devoir utiliser du coke pour éliminer l'oxygène de l'air afin de ne garder que l'azote. Rien que pour compenser les émissions de CO, 3,5 millions d'hectares de forêt sont nécessaires. À titre de comparaison, la superficie de la Belgique est de 3,05 millions d'hectares. A cela s'ajoute la combustion du gaz naturel, une quantité encore plus importante de CO. Ce nitrate est ensuite répandu sur les pâturages et les champs à raison de 60 kg par hectare en moyenne, où il est partiellement lessivé et provoque une pollution de l'environnement, une eutrophisation des eaux de surface par des algues suralimentées, des nitrates dans l'eau potable, etc.

La nature donne un coup de main

Il est vrai que les plantes ont besoin d'azote pour la production d'acides aminés, la base des protéines. Cependant, l'azote n'est pas gaspillé et peut être restitué au sol par recyclage. Et la nature est miraculeuse : toutes les légumineuses ont des nodules sur leurs racines avec des nitrobactéries qui convertissent l'oxygène de l'air en azote utile pour les plantes. Nos arrière-grands-parents ont donc planté des légumineuses ou, dans la pauvre Campine, des lupins dans un système de rotation des cultures adapté. De plus, le guano pourrait être ramassé sur les plages, provenant des excréments des oiseaux de mer, une forme naturelle d'engrais. Et bien sûr, le fumier et le compost produits à la maison étaient même collectés jusqu'aux villes et étaient soigneusement épandus sur les champs. Ils doivent maintenant mettre en place des banques de fumier strictes pour se débarrasser du surplus de fumier dans les méga-stations. Encore une fois, c'est fou.

 

Le bio prône l'agriculture de recyclage avec l'utilisation d'engrais naturels. Batteries, PMD, vieux métaux, huile de friture, papier et carton, le recyclage est la norme ici. La question posée aux autorités de savoir pourquoi le bio n'est pas la norme est plus que pertinente. Et la non-utilisation de pesticides, les méthodes de production respectueuses des animaux, le mélange local et à petite échelle, et le principe du commerce équitable sont des arguments supplémentaires importants pour que le bio soit labellisé comme norme.

Le nouveau bâtiment de Marma est officiellement ouvert pendant la journée portes ouvertes !

Maintenir notre empreinte carbone aussi faible que possible

Interview de l'employé Céline

Employé Ludo, un véritable amoureux de la nature.

Pourquoi choisir le poulet biologique ?

Découvrez une gamme plus large et des prix plus bas !

Bienvenue Irina

Interview avec Samia

Double entretien Lien Portauwe – Maria Wolfs

La forte croissance de Marma récompensée par une nomination aux Trends Gazellen

Tout est végétal

Un employé d'entrepôt/réceptionniste motivé, c'est Steven en quelques mots !

Le label bio avec la feuille verte

Bienvenue collègue Monique !

NOUVEAU : pain et pâtisseries ultra-frais et bio

Prix du meilleur produit bio

Visite du maire de Tirlemont

Nele, comptable et amoureuse de la nature

Nouveau chez Marma : Poisson et viande ultra frais et bio !

Marma a déménagé au Fred Chaffartlaan 11 à Tirlemont !

Nicolas a débuté ce lundi 15 juin 2020 chez Marma

Des alternatives écologiques pour presque tout

Covid 19 et bio

Sécurité, gestion des risques et HACCP

Kanaal Z 'Alle zaken op een rijtje' présente Marma

Marma, un système logistique organisé, efficace et performant

Marma routeplanner. Bon pour l'environnement

Marma déballe avec des fruits et des légumes frais et bio !

Marma continue d'optimiser le service à la clientèle.